Le fonctionnement de la respiration des poissons

Le principal organe de la respiration des poissons, est constitué par les branchies, placées derrière la tête sur quatre arcs branchiaux. L’avant de ces arcs branchiaux est couvert de protubérances branchiales, les branchiospines, disposées sur un ou deux rangs. Elles agissent mécaniquement en protégeant les lamelles branchiales de la pollution et des dommages ; d’autre part elles filtrent les organismes aquatiques, avant tout le plancton, pour les concentrer dans la cavité buccale et l’œsophage.

Continue Reading

L’hippocampe dans l’aquarium

La nature s’est surpassée le jour où elle a conçu l’hippocampe. Cet animal bizarre possède l’encolure arrondie et la tête d’un étalon, la gorge rebondie d’un pigeon boulant, la queue prenante d’un singe et la couleur changeante d’un caméléon. Ses yeux sont indépendants, de telle sorte que l’un peut scruter la surface de l’eau, tandis que l’autre regarde en profondeur.

Continue Reading

Les remèdes pour les poissons et leur mode d’emploi

Pour assurer une meilleure répartition d’un remède, et aider le poisson à le supporter, il convient de renforcer l’alimentation du diffuseur. Par contre, il est indispensable de stopper le filtrage pendant toute la durée du traitement afin que le ou les matériaux filtrants n’absorbent pas une partie non contrôlable du médicament.

Continue Reading

Les bouillies du jeune poisson

Lorsque les alevins ont dépassé le stade des artémias, et qu’il n’est pas possible de leur procurer les nourritures qui logiquement devraient leur succéder : jeunes cyclopes, jeunes daphnies, vers Grindal, etc., il est très souhaitable de renforcer la valeur nutritive des poudres du commerce qui leur sont destinées.

Continue Reading

Le pH

Ces deux lettres, qu’on peut traduire par « potentiel en ions Hydrogène », sont le symbole conventionnel utilisé comme mesure du degré d’acidité ou d’alcalinité d’une eau. Cette acidité ou cette alcalinité se déterminent au moyen d’une échelle universellement graduée de 0 à 14 (7 étant le point de neutralité). En fait, la vie aquatique n’est possible en eau douce (non salée) qu’entre l’acidité relative 5 et l’alcalinité relative 8.

Continue Reading

La famille des Cyprinodontidae

Cette très grande famille est largement répandue dans tous les continents, à l’exception de l’Australie. Pour l’aquariophile, elle se scinde en deux groupes. Le premier, très populaire, formé des Cyprinodontidae vivipares, sera décrit sous leur nom de Poecilidae. Le second groupe, celui des ovipares qui nous intéresse maintenant, reste beaucoup moins diffusé parmi les amateurs d’aquarium d’ensemble.

Continue Reading

La famille des Atherinidae

Cette grande famille n’en représente cependant qu’une petite pour l’aquariophilie, la plupart de ses membres étant des poissons d’eau de mer. Les petits poissons adaptés à l’eau douce qui s’y rattachent se reconnaissent à leur dorsale constituée par deux nageoires distinctes, la première étant par ailleurs épineuse.

Continue Reading

La famille des Anabantidae

Le caractère particulier aux Anabantidae (parfois désignés sous le terme synonyme de Lnbyrinthidae) réside dans leur système respiratoire qui consiste en l’adjonction, à la respiration branchiale normale, d’un organe situé dans le crâne et appelé « labyrinthe ». Il se compose de sortes de sinus, tapissés de membranes généreusement irriguées de minuscules vaisseaux.

Continue Reading

L’alimentation du poisson

On a écrit des poissons, sous prétexte que c’est le cas de quelques espèces, qu’ils étaient des voraces mangeant tout le temps n’importe quoi. Les fins pêcheurs (ces aquariophiles qui s’ignorent), tout comme les propriétaires d’aquarium, savent qu’il n’en est rien. Inutile d’offrir un grain de chenevis à une truite ; inutile d’offrir des daphnies sèches à un combattant.

Continue Reading